post picture
Mariage
Mariage écoresponsable au Château de Servolex
Publié le 31/03/2020

Anne-Emilie et Sébastien

Leur histoire

Anne-Emilie et Sébastien se sont installés tout proche de Grenoble, ville de leurs études et de leurs premières amours. Sébastien est originaire de Bretagne, Anne-Emilie a grandi dans l’Est de la France et a des origines vietnamiennes par sa mère. Tous les deux aiment l’eau et le grand air. Après leur formation d’ingénieur à Grenoble, rester au pied des Alpes étaient pour eux une évidence, et ils s’adonnent au ski régulièrement avec joie ! Quelques années plus tard, ils achètent et font construire leur première maison, celle dans laquelle commencera la journée de mariage…

L'organisation du mariage

C’est Anne-Emilie qui s’est occupée de toute l’organisation et la coordination du mariage. Elle a géré de très gros projets événementiels pendant sa vie étudiante et associative, et son sens de l’organisation et sa rigueur ont donc déjà fait ses preuves.
Le choix des prestataires s’est fait suivant plusieurs critères, dont l’écoute et le feeling, mais une fois qu’elle arrête son choix, Anne-Emilie fait entièrement confiance aux prestataires.
Leur mariage était pensé autour des couleurs bleu et blanc, celles qui définissent le plus Anne-Emilie et Sébastien, et en adéquation avec leurs valeurs écoresponsables.

Leur mariage écoresponsable et presque zéro déchet

Le quotidien d’Anne-Emilie et Sébastien est rythmé par le zéro déchet et des choix de consommation conscients, durables et responsables dans tous les domaines. Il était donc important de retrouver leur mode de vie écoresponsable au coeur de leur mariage. Quand on sait qu’un mariage produit l’équivalent d’environ 12 tonnes de CO2, réduire les déchets et l’impact d’un tel événement n’est pas vain.

Plusieurs choses ont été mises en place pour réutiliser au maximum des objets du quotidien, limiter les déchets directement produits par cet événement, et consommer local :

  • Des fleurs locales et de saison
  • Des tote bags cousus et décorés à la main aux couleurs du mariage ont été distribué à tous les invités. Chaque convive y retrouvait des bonbons et une gourde remplie d’eau pour la journée. Une très bonne idée, surtout en plein mois d’août et avec un grand ciel bleu, pour affronter la chaleur estivale sans produire de déchet plastique.
  • Pas de bouteille plastique au vin d’honneur, au repas et au brunch : ils ont récupéré des bouteilles en verre qu’ils ont rempli d’eau du robinet (très bonne dans la région de Grenoble et des Alpes !) la veille pour le vin d’honneur, les jus de fruits et les limonades étaient achetés en bouteille en verre ou en cubi de 5L auprès de producteurs locaux (Chez Bechet pour les jus, et un producteur de Lans-en-Vercors pour les limonades)
  • Au repas, le fromage était servi sur une ardoise par table et non individuellement pour éviter le gaspillage par assiette et pour pouvoir resservir les restes au brunch
  • Pas de vaisselle jetable : Anne-Emilie et Sébastien ont opté pour la location de vaisselle pour la soirée et le brunch du dimanche, et acheté des ecocups non personnalisés et donc facilement réutilisables pour la soirée. Le couple les a récupérés et ils servent régulièrement pour d’autres occasions (mariage d’amis, anniversaires…)
  • Le couple a acheté et mis des boîtes en aluminium à disposition des convives pour repartir avec les reste du brunch. Résultat : il n’y a eu aucun déchet alimentaire après le brunch !
  • Le porte-alliance était un bocal utilisé d’habitude pour les courses zéro déchet, rempli du même tissu bleu liberty que les mouchoirs des témoins.
  • Les confettis ont laissé la place à des bulles de savon à la sortie d’église, au moins aussi ludiques et bien moins polluantes !
  • Au niveau de la décoration : des bouteilles en verre collectées sur plusieurs mois et peintes en bleu et blanc par les futurs, mariés, des bouchons de liège pour les porte-menus, des grands bocaux en verre pour les bonbons de la table de l’urne, l’urne en verre a été transformée en terrarium après le mariage.
  • Les seuls achats déco étaient : les rondins de bois des centres de table (ils ont été revendus pour un autre mariage) et des pinces à linge en bois pour les marque-places (récupérés par des invités pour leur déco personnelle).

À la fin du mariage, il ne restait plus que des bouteilles en verre jetées au recyclage :)

La rencontre avec Anne-Emilie : une évidence

En mai 2018, l’association étudiante de photographie dans laquelle j’ai fait mes armes pendant mes études à Grenoble m’envoie un message. Une ancienne élève de l’école cherche un·e photographe pour son mariage en août 2019 dans la région de Grenoble. C’est comme cela qu’Anne-Emilie et moi entrons en contact pour la première fois.

De fil en aiguille, entre Skype et rencontre « en vrai » à Grenoble pendant un de mes déplacements réguliers, Anne-Emilie et moi avons l’impression de nous connaître depuis longtemps. Notre passé étudiant et associatif (nous étions dans la même école à quelques promos d’écart, et elle a vu la naissance de l’association de photo dans laquelle j’étais investie par la suite), ainsi que nos valeurs, nous rapprochent énormément. J’ai l’impression de parler à une amie de toujours avec Anne-Emilie. Nous sommes d’ailleurs toujours en contact, et on prend régulièrement de nos nouvelles :)

Le week-end du mariage, c’est même toute la famille qui m’a intégrée comme l’une des leurs, car – je n’y avais pas pensé – physiquement, je leur ressemble par mes origines chinoises, et toutes les femmes de la famille maternelle d’Anne-Emilie portent des perles de Tahiti ! C’est feu le grand-père d’Anne-Emilie qui a distribué ces perles avant sa disparition, et toutes les femmes les portaient au mariage. On peut dire qu’avec mes yeux asiatiques et mes perles de Tahiti, je me fondais parfaitement dans le paysage sans le savoir. Je disais même en rigolant que j’étais “la seule Asiatique qui ne descendait pas de la même grand-mère” ^^

Toutes ces raisons font que ce mariage fut vraiment particulier pour moi, sans compter que c’était mon premier mariage en tant que photographe “officielle” :)

Un mariage bleu, blanc et écoresponsable entre Grenoble et le Château de Servolex

Les préparatifs

Les préparatifs commencent dès 9h pour Anne-Emilie, ses témoins et sa famille, dans la toute nouvelle maison des futurs mariés à Saint-Martin-d’Hères. La famille est nombreuse, et même si tout le monde ne s’apprête pas ici, il faut une matinée entière de préparatifs avant de rejoindre la mairie pour la cérémonie civile à 14h. Sébastien se prépare au Château de Servolex, à 1h en voiture. Je ne peux pas être sur tous les fronts donc on a privilégié les préparatifs d’Anne-Emilie chez eux, à 5 minutes en voiture de la mairie.

L’ambiance est bonne enfant. La veille, j’ai déplacé quelques meubles et nettoyé le grand miroir qui sert à la coiffure. Après être passée entre les mains de la coiffeuse, Anne-Emilie se fait maquiller à l’extérieur par sa “maquilleuse attitrée”, une de ses plus proches amies à qui elle confie exclusivement la tâche à chaque occasion.

Tout le monde est mis à contribution : les témoins récupèrent les fleurs puis direction l’église avec les livrets de messe, le déjeuner s’organise sur la terrasse… Anne-Emilie a tout le programme et les tâches en tête, et vérifie de temps en temps où en sont les témoins. Je suis impressionnée par la réactivité de chacun, et plus tard, un des oncles blagueurs me soufflera à l’oreille avec un petit rire malicieux : “Anne-Emilie est un dragon, il vaut mieux l’écouter et tout le monde le sait !”

Le mariage civil à la mairie de Saint-Martin-d'Hères

En arrivant à la mairie, je commence à comprendre ce qu’Anne-Emilie voulait dire par “famille nombreuse” ! Il y a plus de 200 invités, et le parking semble mettre tout le monde à l’étroit. Les enfants s’amusent, les adultes se saluent et se présentent mutuellement. Peu avant 14h, les portes de la salle de mariage de la mairie s’ouvrent enfin et tout le monde s’agglutine. La salle est trop petite. Priorité aux enfants et aux personnes âgées sur les sièges, et l’autre partie des invités reste debout. Commence alors une attente qui semble interminable, même le mariage suivant est déjà là et s’impatiente… jusqu’à ce que la nouvelle tombe : le maire a oublié les mariages du jour ! Un adjoint habitant tout proche est dépêché pour célébrer les unions de ce 17 août, c’est pourquoi il est simplement vêtu d’un polo rouge et affiche son plus beau sourire pour détendre l’atmosphère. Cet incident en aura fait suer plus d’un, mais tout va bien qui finit bien.

La salle se vide rapidement pour la suite du programme, avec la cérémonie religieuse.

La cérémonie religieuse à l'église Saint-Martin de Saint-Martin-d'Hères

Sur les hauteurs de Saint-Martin-d’Hères, les voitures investissent tous les alentours de l’église de Saint-Martin. Il faut chaud et lourd cet après-midi, tout le monde est content de retrouver de la fraîcheur dans l’église. L’ambiance est pieuse et je trouve Sébastien et Anne-Emilie très agréables à regarder pendant la cérémonie, sûrement parce qu’ils rayonnent de l’amour qu’ils se portent et auquel ils s’engagent présentement.

À la sortie d’église, les jeunes mariés restent pudiques, tandis que les enfants et les moins jeunes s’affairent à inonder l’air de bulles et d’applaudissements.

La réception au Château de Servolex

C’est le moment pour tout le monde de rejoindre le Château de Servolex à côté de Chambéry. Le vin d’honneur se tient aux abords de la piscine, dont tout le monde pourra profiter le lendemain pendant le brunch. C’est animé, la fête est au rendez-vous, et le cadre se prête bien aux grands événements familiaux comme celui-ci. Les jeunes mariés soufflent un peu et essaient de faire le tour des invités. Ils sont au centre de l’attention pendant le long discours des pères. Je remarque d’ailleurs que, comme je l’ai souvent vu, l’un des deux est très succinct tandis que l’autre a rédigé 10 pages de discours.

Malgré leur timidité, Anne-Emilie et Sébastien me font confiance pour une séance couple que j’imagine à leur image. Pour la première fois de la journée, ils peuvent se sourire et se chuchoter à l’oreille sans que mille paire d’yeux les observent. Le temps est suspendu.

Et la fête repart de plus belle.

On termine par les photos de groupe devant le château de Servolex. Les groupes sont importants mais les 10 photos sont réalisées en 15min montre en main, avant de rejoindre la salle du dîner.

J’espère que cette galerie et le récit qui l’introduit et l’accompagne vous ont plu. Chaque relation que je tisse avec mes mariés est unique et il est important pour moi d’expliquer pourquoi, ainsi que ce qui se cache derrière les images. Lorsque je revois les photos, je me remémore chaque anecdote, et il me tient à coeur de les raconter car elles vont de pair avec les images dans ma mémoire. J’imagine que c’est comme pour les mariés, et c’est la raison première pour laquelle je fais du reportage : pour conter cette journée toute particulière et à votre image.

@vaikehushan sur Instagram
instainstainstainstainstainstainstainstainstainstainstainsta